« Hâtons nous lentement » reprend la route, pour la deuxième année, dans le cadre du Passeport pour l’art de la mairie de Toulouse